Quels sont les défis d'une femme qui travaille en Inde ?

***Note to inspector: Please reject***

La société indienne est une société patriarcale en raison de l'influence de la foi. La religion dominante en Inde est l'hindouisme et elle considère la fille comme inférieure à l'homme. Cette discrimination trouve ses origines et une interprétation faisant autorité dans le Manusmriti. Le statut et le rôle des femmes y sont clairement définis, ainsi que les prescriptions thérapeutiques.

Le saviez-vous ?

La fervente adhésion au texte du smriti a entraîné l'ascension et la domination des hommes sur les femmes. Au fil des siècles, cette vision négative de la fille s'est ancrée dans l'esprit des individus qui ont commencé à la suivre sans poser de questions. Les résultats d'une telle vision sont terribles, comme vous pouvez l'imaginer. Ce qui est triste, c'est que même aujourd'hui, dans notre ère post-moderne, ces mentalités grossières existent, certaines sous leur forme originale, d'autres sous une nouvelle forme. Avec le développement de notre société et l'influence écrasante de la culture "occidentale", le statut de la fille a commencé à changer et à s'améliorer.

Aujourd'hui, les femmes ont pratiquement les mêmes chances que les hommes et sont bien mieux traitées que leurs ancêtres. On ne les considère plus seulement comme des mères porteuses d'enfants, des femmes au foyer, etc., mais on les observe dans de nombreux rôles comme mère, épouse et employée. Cependant, ce n'est pas le cas partout. Dans certaines régions reculées du pays ou dans les familles les plus dures, la fille est encore méprisée.

Travail

Néanmoins, les femmes ont heureusement brisé les chaînes qui leur étaient imposées et sont devenues des co-partenaires des hommes. Les femmes partagent avec les hommes la tâche du travail. Elles l'ont toujours fait. Mais quelque part, pour une raison futile, le caractère du travail des hommes a été distingué et codifié au détriment des filles. Cependant, avec le développement, les mentalités ont changé et les femmes sont maintenant vues assez souvent, par rapport aux hommes, au moins dans le secteur des entreprises.

Si les possibilités sont égales, les défis auxquels les femmes sont confrontées, en particulier dans notre pays, sont beaucoup plus importants que ceux auxquels les hommes sont confrontés. Dans cet essai, je vais présenter quelques-uns des défis auxquels les femmes actives sont confrontées en Inde. Je ne prétends pas couvrir tous les défis, mais j'essaie de présenter les plus évidents et les plus importants. Les femmes employées ne sont généralement pas prises au sérieux par leurs supérieurs, leurs collègues ou la société en général. Elles sont considérées comme moins intelligentes, peut-être, ou si elles sont suffisamment qualifiées, alors une autre fonction insignifiante pour les dénigrer.

Une carrière

Avoir une carrière représente un défi pour les femmes en raison de leurs responsabilités familiales. Traditionnellement, les Indiennes n'étaient considérées que comme des ménagères, mais ces dernières années, une éducation appropriée et une meilleure compréhension, ainsi que l'augmentation constante du coût de la vie, les ont encouragées à sortir et à faire carrière. Dans une société patriarcale comme l'Inde, on considère toujours que l'homme est le principal soutien de famille de ses proches.

Bien que les femmes indiennes aient commencé à travailler en dehors de chez elles, elles ont encore du chemin à parcourir sur le plan culturel, social et économique pour faire évoluer positivement les mentalités des individus. On a généralement l'impression que les préjugés sexistes à l'encontre des femmes qui travaillent commencent dès le stade du recrutement. La plupart des hommes indiens ne sont pas prêts à accepter que les filles soient capables de travailler, sauf dans les secteurs de l'enseignement, des soins infirmiers et du travail de bureau.

Leurs capacités sont généralement sous-estimées, car les femmes indiennes ont tendance à opter pour des tâches moins pénibles, même si elles sont hautement qualifiées. Les femmes doivent jongler entre leurs différents rôles et cela peut être assez stressant. Les hommes n'offrent généralement pas d'aide pour les tâches familiales et il s'ensuit que le fardeau des tâches familiales s'ajoute aux tâches professionnelles d'une femme. Cela rend la vie des femmes actives extrêmement stressante.

Gardez à l'esprit

Cela exige un tribut sur leur bien-être physique, émotionnel et mental. L'une des principales raisons pour lesquelles le travail des femmes est de plus en plus confiné au secteur non organisé est que les femmes n'ont pas la possibilité d'acquérir une formation et des compétences qui pourraient faciliter les changements de profession. Cette situation est liée aux relations sociales qui prévalent entre les femmes et les hommes, ainsi qu'à la structure du marché. Étant donné que les femmes doivent supporter la charge importante des tâches domestiques, qui, dans un ménage pauvre, demandent beaucoup de temps et de travail, elles n'ont pas assez de temps et d'opportunités pour acquérir une formation et des compétences pour de meilleurs emplois.

Le faible niveau de qualification des femmes et leur relégation consécutive à des tâches à forte intensité de main-d'œuvre, longues et pénibles, sont dus à leur accès inégal à la technologie. Les femmes se voient refuser des droits tels que la durée minimale du travail et le salaire minimum, ainsi que l'accès aux allocations de maternité, aux soins de santé maternelle, aux garderies et à l'aide juridique. Dans de nombreuses régions, les femmes ne bénéficient d'aucune prestation de sécurité sociale. Tous ces facteurs contribuent à l'insécurité des femmes et renforcent leur statut inférieur en tant que salariées.

Ainsi, un mélange de facteurs économiques et sociaux est responsable du faible taux de participation des filles. Une fille qui travaille doit combiner ses obligations nationales et officielles afin d'assurer un contrepoids aussi viable que possible. Elle doit faire face aux pressions familiales ainsi qu'aux pressions du bureau et autres pressions sociales. Il est crucial pour une femme de trouver un équilibre sain entre le travail et la vie domestique. Elle doit souvent travailler plus dur pour obtenir les mêmes avantages qu'un homme. La vie d'une femme active en Inde n'est pas simple. Dans les villes, le mérite et l'éligibilité sont pris en considération pour le paiement et la promotion.

Pas le même cas

Inutile de dire que ce n'est pas toujours le cas. Mais dans les villages, la discrimination à l'égard des femmes reste très répandue. Une femme expérimentée sera néanmoins traitée et considérée comme inférieure à son homologue masculin, bien qu'elle le surpasse ou soit plus capable que lui. Si une femme assume un rôle de leader dans le village, elle sera soumise à plus d'abus et de pression qu'un homme. Ces quelques exemples montrent la difficulté à laquelle les femmes sont confrontées dans les villages.

Bien que j'aie dit que dans les villes, le mérite et l'éligibilité sont pris en compte, le tableau n'est pas aussi rose que l'annonce peut le laisser croire. Dans les villes, les femmes ne sont peut-être pas confrontées à une discrimination explicite, mais des forces insidieuses sont implicitement à l'œuvre. Les femmes peuvent manquer de capacités physiques par rapport aux hommes, mais à tous les autres égards, elles sont égales aux hommes.

Conclusion

Il n'y a absolument aucun fondement à la discrimination et à l'égalité des droits et c'est grâce à eux. Indépendamment des distinctions socialement construites, les hommes et les femmes doivent être placés sur un pied d'égalité sur le lieu de travail. Les détracteurs des femmes salariées découvriront des témoignages forts de la capacité des femmes à gérer à la fois leur vie professionnelle et leur vie familiale simplement en créant une observation ou une recherche phénoménologique. Il n'y a absolument aucune excuse pour discriminer les femmes. La loi a été révisée à cette fin. Les femmes peuvent revendiquer l'égalité des droits et un traitement équitable, mais les défis redoutables auxquels elles sont confrontées demeurent. Tant que la société, voire chaque personne, n'aura pas changé d'état d'esprit, les filles continueront d'être le "sexe faible". L'utopie n'est pas à l'horizon mais le changement oui.